Interprète au piano, auteure et compositrice dès l’âge de 9 ans, Karine Tomaselli, dite K, pratique également l’infographie et la photographie depuis son plus jeune âge. Les diplômes au piano avec mention, l’écriture, la photo et le dessin l’accompagnent jusqu’à ce qu’elle se consacre à la création de l’œuvre la plus ardue et la plus noble qu’il soit, une famille. C’est donc, entourée de ses 4 enfants, qu’à la quarantaine, elle retourne vers l’Art.
KRÉATIONS
Son travail, sous les projecteurs des médias et la plume de la presse écrite, les relations dans le milieu de l’Art sur la Côte d’Azur l’interpellent et elle préfère alors, pour un temps, être coordinatrice d’artistes et présidente d’association Le Triangle des Arts dans le quartier Lépante de Nice.
TRAVAIL EKSPOSÉ
Son parcours professionnel l’a amenée à être reporter pour des tv locales, directrice artistique de galerie d’art et ce, en même temps que son rôle de présidente d’association ayant pour but de mettre en avant les artistes peu connus et l’Art dans la rue ; elle a organisé des expositions et créé plusieurs événements, tels que la Rêve-Évolution, Rock This Town accompagné d’un concours pour exposer dans une galerie niçoise puis la première Nuit des Sculpteurs en France.
ÉVÉNEMENTS
Elle a donc été chargée de communication pour des événements artistiques et/ou humanitaires, organisé des manifestations, élaboré des dossiers de presse, travaillé au sein de festivals de jazz, filmé et monté des vidéos, dessiné des affiches pour concerts et jaquettes Cd pour de nombreux artistes… Soutien +++ à La Cave Romagnan et à La Strada.

Anciennement travailleur indépendant en tant que créatrice d’objets d’arts, d’événements artistique et puis, photographe.

Son rapport avec la scène date de l’enfance avec les concours musicaux, la découverte de l’opéra de Toulouse grâce à la famille Marchione et l’organisation de défilés de mode. Dans les années 2000, les représentations théâtrales et réalisations pour les décors ont fait leur entrée, en dordogne avec Jackie Dussert. Plus tard, c’est l’improvisation qui a pris le dessus à Nice… La dernière représentation s’y est d’ailleurs déroulée en 2018 avec 5 sur canapé, une pièce de boulevard réécrite et mise en scène par Henri Concas. D’autres projets autour du théâtre viendront en leur temps…
Parallèlement au théâtre, K approfondissait la photographie et son objectif visait à présenter des contraires, des inverses et des opposés. En 2014, elle s’est investie dans la photo de spectacles … théâtreuse, photographe, un Koup sur scène, un Koup devant !

2015 ? Belles d’Âmes présentée par l’AIAP UNESCO MONACO. Une série de portraits au profit d’associations et fondations dirigées par des femmes habitant la région PACA, Monégasque et qui soutiennent des causes. 25 portraits & 20 % de l’argent récolté reversé aux associations représentées.

KLICHÉS Belles d'Âmes

La série KLIMATS² née en 2016, a fait également partie d’un projet d’expositions puis de contes écrits par Pascale CONCAS.

Ils sont alors présentés sur Monaco Monte-Carlo puis à Nice en 2017 sous forme de performances artistiques… ce qui a valu à K, de chanter en public !

Klichés Klimats²
K a œuvré, avec  l’association Monaco Liver Disorder-MLD et l’Hôtel Métropole Monte-Carlo, pour
l’événement « Chambre Belles d’Âmes ».
Des portraits façon Belles d’Âmes ont été réalisés au profit du Centre Hospitalier Princesse Grace, dans le décor de l’Hôtel Métropole Monte-Carlo.

La dernière série de photo fut une série de photos de mode pour la marque La Môme de Monac’… En effet, atteinte de spondylarthrite ankylosante et touchée aux yeux, K n’a plus eu ni la force physique ni la vue nécessaire pour travailler avec un Reflex.

Le Forum Jorge François a organisé à cette occasion, une rétrospective de tout son travail photographique.

Depuis cet épisode de santé, K recycle vos bijoux fantaisies. Elle continue leur création en les récupérant, les dépiautant et les nettoyant puis elle y ajoute des pierres naturelles et des perles venues de tous les pays. Voici comment est né BIJOUX KAILLOUX situé à Sospel, et qui fait partie de l’association SSBS. Vous pouvez les voir sur Instagram.

Toujours sur Sospel, vous pouvez retrouver K,  autour de la communication pour le livre du photojournaliste Jean-Pierre REY Menton Confinement, 55 jours pour l’histoire… Depuis peu, elle a la chance de réaliser pour le plaisir des images grâce à un appareil photo léger équipé d’un écran et expose des Univers Inversé pour les Rencontres Monaco Japon organisées par l’AIAP UNESCO MONACO !

K est une artiste pluridisciplinaire qui donne sans compter quand le cœur y est… Prière de ne pas en abuser.

Aiap Unesco Monaco
Ce film relate les trajectoires parallèles d’une jeune femme et de la société capitaliste. Parmi deux ou trois choses en commun, la même soumission aux lois de la prostitution.

Au départ de mon film ‘Deux ou trois choses que je sais d’elle’ (à ce propos je vous précise que, elle, ce n’est pas Marina Vlady, mais la ville de Paris) il y a une enquête parue dans le Nouvel Observateur. Or, cette enquête rejoignait l’une de mes idées les plus enracinées. L’idée que pour vivre dans la société parisienne d’aujourd’hui, on est forcé, à quelque niveau que ce soit, à quelque échelon que ce soit, de se prostituer d’une manière ou d’une autre…
Jean-Luc Godard.